Ce temps qui fuit

par folaferrere

L’automne est revenu.
Si.
Il est revenu avec sa pluie dense et froide qui goutte de la brume… avec ses flaques larges et noires, sa boue qui colle aux semelles dépossédées de vent…
Le temps goutte lui aussi. Il fuit par le même chemin que l’eau de pluie tandis que mon iPhone tressaille comme un épileptique sous la charge des notifications…
Tant à faire… Tant d’urgences qui se pressent et se bousculent comme la marmaille hystérique des chatons de quelques semaines qui cavalcade dans la maison… culs par dessus têtes, le tout au pluriel, emportés par leur élan vital… Ils m’amusent.
Le chant des gouttes qui tombent me berce.
Il est neuf heure, mon troisième mug d’expresso refroidi lentement sur la table, ses volutes mêlées à celles de ma cigarette montant lentement vers le plafond… Aucune envie de céder au monde. Son rythme n’est pas le mien… son rythme n’en est d’ailleurs pas un, seulement une agitation absurde qui prétend en prendre le nom…
Je ne suis décidément pas un homme pressé… et pourtant je vais vite. « Un minimum d’effort pour un maximum d’efficacité. » si sage Jigoro Kano… si loin du Japon soumis à son nouveau maître…
Rester maître de son temps me disait Paul il y a quelques mois… Oui, le luxe, l’effraction commise au cœur même de cette société de la jouissance précipitée…
Aimer, lire et écrire demandent du temps…
Savoir l’arracher, c’est résister…

20130515-131520.jpg

Advertisements