Trans Amour Tristesse (work in progress)

par folaferrere

Trans Amour Tristesse.

Cet hiver-là ne fut qu’une seule et même longue nuit. Une longue nuit froide déchirée ça et là par quelques aubes grises, plus tristes encore, que des années durant je chercherais, en vain, à effacer de ma mémoire. En vain, parce que J’ai beau m’acharner, je n’oublie jamais rien. Comme ces hémophiles dont les plaies ne se cautérisent jamais tout à fait. J’enfouis, je terre, amoncelant, obstiné, les couches de sédiments sur les cadavres de mon passé en priant idiotement pour qu’aucune crue ne vienne racler jusqu’à l’os le lit de ma mémoire. Mais ça ne tient jamais très longtemps et lorsque survient l’heure inéluctable où la vie, tel un dragueur de fond sournois, plante sa herse dans mon limon, il ne me reste plus qu’à recueillir cette vase hideuse peuplée de mes fantômes d’hier en attendant que le remous se calme pour pouvoir recommencer… Sisyphe absurde qu’il est difficile d’imaginer heureux, creusant sans fin et à pleines mains une tombe dans la brume pour ses fantômes chafouins…

20140328-181230.jpg

Publicités